Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rêves...Errances d'An'Maï

Rêves...Errances d'An'Maï

Mes cris, mes écrits, mes mots émotions, mes regards émerveillés, mon imaginaire, tout mon univers...

Nuit de lune-

Photo perso prise de mon jardin

Photo perso prise de mon jardin

Pour le DÉFI d'EVY  N° 96 THÈME " NUIT DE LUNE "

Voici quelques poèmes extraits de mes recueils et, pour le dernier, du recueil à venir

Odes à la Lune

 

Nuits sans lune

 

Que reste-t-il de moi au cœur des nuits sans lune ?

Un navire fantôme, un voilier sans ses voiles,

Un oiseau déplumé clamant son infortune

Sur sa branche perché, bien trop loin des étoiles.

 

Vogue ma galère dans des creux de nuit noire.

J’ai perdu ma boussole, je rame au jugé.

J’ai perdu tous mes mots, oublié mes histoires

Et mon dernier poème est tout décomposé,

 

Dilué par la pluie, foudroyé par l’orage.

Je cherche en vain mes vers, mes rimes envolées

Disparues dans le ciel, derrière les nuages

Où la lune traîtresse elle aussi s’est cachée.

 

Ma plume est cafardeuse, je traîne des ailes.

L’oiseau de nuit blafard est un pauvre Pierrot.

Aveugle sans sa pâle et nocturne chandelle

Ses verbes l’ont quitté et l’ont fui ses héros.

 

Sur les flots déchaînés un vieux rafiot dérive

Dansant de vague en vague une improbable danse,

Il lutte pour atteindre les lointaines rives

Où brille par instant dans l’obscurité dense

 

La falote lueur de son inspiration.

Je suis l’oiseau de nuit, je suis ce vieux rafiot

Et je maudis la lune pour sa trahison

Et j’attends son retour pour retrouver mes mots.

 

(extrait de mon recueil « Jet de mots à vous dire »)

 

***

Contemplation,

 

Les yeux levés au ciel, le nez dans les étoiles

Je regarde la nuit s’étendre infiniment

Tandis qu’à mon regard peu à peu se dévoile

La Lune mon amie, ma muse si souvent.

 

Je les vois ces myriades d’astres scintillants

Autour de la géante perle opalescente

Dans l’écrin de velours sombre du firmament

Et mon âme éblouie s’élève, incandescente,

 

Minuscule étincelle vers l’immensité !

Ô comme je voudrais qu’elle y brille, éternelle,

Pure et fière lueur de mon humanité !

Peut-être qu’un beau soir, les yeux fixés sur elle,

 

Un doux contemplatif, le nez dans les étoiles

Regardera la nuit s’étendre infiniment,

S’éprenant pour toujours de la Lune sans voile,

Opalescente perle au milieu des diamants.

 

(Oraison, Alpes de Haute-Provence)

(extrait de mon recueil « Jet de mots à vous dire »)

 

 

***

 

Séléné

 

Troublante Séléné quand le soleil se couche

Se lève dans ses voiles, s’étire en baillant

Puis d’un pan de ciel noir elle essuie sur sa bouche

Les miettes étoilées d’un délicieux croissant.

 

Dans l’ombre qui s’étend insolente elle étale

Sa blondeur éthérée et ses douces rondeurs

Elle farde ses joues d’une touche d’opale

Pour cacher à nos yeux ses taches de rousseur.

 

Et pour masquer parfois ses courbes opulentes

La belle fait régime, redoublant d’effort

Afin de nous offrir les lignes scintillantes

De son corps devenu mince faucille d’or.

 

Ô madame la Lune longiligne ou ronde,

Que vous êtes jolie quand vous apparaissez

Et que votre clarté s’incline sur le monde !

Combien vous admirant se prennent à rêver ?

 

7/11/2012

(extrait de mon recueil : »Entre les gouttes….et autres turbulences »)

 

***

 

NUIT

 

Le soleil lentement descend vers la colline,

Il embrase le ciel dont la nue s’illumine.

Déjà l’ombre s’étend. Un grand chêne dessine

Ses branches torturées dans le jour qui décline.

De la lune Pierrot sourit à Colombine.

 

Les oiseaux se sont tus dans les arbres blottis.

Plus un froissement d’ailes, presque plus de bruit.

Comme pour respecter le calme de la nuit,

Le monde tout entier semble s’être endormi.

De la lune Pierrot à sa belle sourit.

 

Solitaire une chouette joue les noctambules,

Elle s’envole en chasse et longuement ulule

Mais rien ne peut troubler l’araignée funambule.

Au loin dans le clocher, le temps tintinnabule

De la lune Pierrot à sa mie fait des bulles.

 

On pourrait pour un peu, dans le silence lourd,

Entendre des amants les murmures d’amour

Ou bien le boulanger s’activant à son four.

La lune fatiguée se drape de velours.

Colombine et Pierrot s’endorment à leur tour.

 

29/02/2016

©Anne-Marie Lejeune

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Chloé 09/02/2017 23:13

Quatre manière différentes d'aborder ce thème. Je serais bien en peine de te dire lequel je préfère tant je les trouve magnifiques tous les quatre. Que dire de plus!Un beau voyage dans les étoiles. Merci à toi. chloé

An'Maï 09/02/2017 23:52

Merci Chloé

Renee 09/02/2017 15:32

c'est tout simplement magnifique!!!!! Bravo

An'Maï 09/02/2017 17:12

Merci Renée

maposie 09/02/2017 08:33

Super poèmes ! Je n'arrive plus a voir le blog "De mots en images"
Bonne journée

An'Maï 09/02/2017 11:54

Parles -tu de mon autre blog chez Eklablog ? Je n'y suis plus guère, c'est peut-être pour ça !

Evy 08/02/2017 16:04

Que de beau mots dans tous ses poèmes merci à toi la lune inspire toujours les poètes bonne fin de journée bisous

An'Maï 08/02/2017 16:54

Merci douce Evy !